Tribune Libre

Vouloir c’est pouvoir !

La seconde moitié du XXe sicle a vu s'instaurer en Europe occidentale une mainmise des Etats dans la plupart des secteurs économiques.

Nos corporations n'ont pas échappé à ce phénomène et les moteurs de nos professions, la Créativité et la Technologie, ont été grippés ces vingt dernières années par des décisions administratives plus extravagantes les unes que les autres. Il est vrai que l'Administration perd de plus en plus le contact avec la réalité économique tout en croyant détenir la Vérité...

Ces dernières années nous avons même assisté à la culpabilisation de nos activités « dévoreuse d'énergie », en parallèle avec la publicité et les notions de profit, clouées au pilori par une opinion publique malade d'informations.

Il n'est pas encore trop tard pour réagir et dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Cela signifie que nous devons abandonner notre climat pessimiste et fixer notre regard devant nous en reconnaissant nos torts et en retroussant nos manches, quels que soit le milieu auquel nous appartenons.

Notre profession (fabricants et installateurs d'enseignes lumineuses) essentiellement artisanale, à quelques exceptions près, s'accommode mal des théories sur la croissance douce, la diminution de la durée du temps de travail ou la civilisation des loisirs. Tout cela coûte cher, et je m'aperçois aujourd'hui que pour répondre aux critères du progrès social il faut beaucoup d'argent. Cet argent il faut le gagner avec un effort de travail. Cela exige une croissance aussi forte que possible. Le laisser-aller auquel nous assistons dans notre secteur depuis dix ans ne peut nous conduire qu'à une décadence, et à la fermeture inéluctable de nos entreprises car peu d'hommes de bonne volonté seront désireux de reprendre le flambeau. En effet, soumis à des contraintes administratives, sociales et économiques de plus en plus restrictives, l'expansion de notre activité sera limitée, et peu nombreux seront les créateurs de sociétés.

Il m'a été rétorqué que cela était le sens de l'Histoire, et qu'il ne servait à rien de se battre contre les moulins à vent. Très bien ! Alors puisque nous assistons à une fin de civilisation et qu'il est bon ton de contester en permanence tout et n'importe quoi, mettons notre avenir et celui de nos entreprise entre les mains de l'Etat Providence qui pourvoira à notre existence !
Malheureusement, l'expérience prouve qu'il n'en est rien et que les longues années de travail intense, avec les déceptions et les joies, qui ont abouti à la réelle existence de nos sociétés seront balayées par le diktat d'une quelconque Administration.

Nous nous trouvons donc devant cette alternative : oser prendre des risques et être réellement un entrepreneur (c'est-à-dire un chef d'entreprise qui supporte un « risque calculé ») ou bien ... disparaître.

Pieter KERSTENS

(Article paru en mars 1980 dans la revue « Enseignes et Eclairage ». 33 ans plus tard, rien n'a changé sous le soleil, mais la moitié des entreprises a disparu et l'Etat Providence est en faillite !)

Pin It

Tags: Europe Économie Pieter KERSTENS

  • Created on .

Avertissement :
Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas pour autant que nous approuvions la vision développée ici. Les points de vue exprimés sur cette page n’engagent que leurs auteurs et n’impliquent nullement l’adhésion de Démocratie Nationale.


© 2011 - 2018 - Démocratie Nationale / DNat.be - Tous droits réservés