3. Politique Sociale

3. Politique Sociale

Sommaire :

3.7 Revaloriser les salaires

La concurrence déloyale exercée par la main d'œuvre d'immigrés clandestins - c'est-à-dire d'individus violant nos lois - doit cesser par l'expulsion de ces délinquants. Pour cette même raison de concurrence déloyale, le travail au noir doit être réprimé avec davantage d'énergie.
Par ailleurs, les prélèvements sociaux élevés, loin de profiter aux travailleurs, augmentent le coût de la main d'œuvre et ne permettent pas une nécessaire revalorisation des salaires.

Quoi que prétendent politiciens et économistes du système, le "passage à l'euro" a provoqué une augmentation continue des prix. Il ne s'agit pas pour nous de contester la nécessité d'une monnaie européenne unique, indispensable à la volonté de puissance de notre grande nation commune.

Nous constatons seulement que "les prix montent par l'ascenseur, les salaires par l'escalier". Le pouvoir d'achat régresse ; la paupérisation s'installe. Une revalorisation des salaires s'impose donc de façon urgente.

Les bas salaires seront les premiers à bénéficier des initiatives de Démocratie Nationale en ce domaine : 10% d'augmentation du salaire net nous semblant un minimum. Cette mesure aura aussi un effet bénéfique dans la lutte contre le chômage, la différence entre le bénéfice d'allocations sociales et un travail mal rémunéré étant infime. Si les chômeurs recherchent un emploi, ils recherchent aussi un salaire décent – ce que semblent oublier économistes et sociologues libéraux.

Après augmentation des salaires modestes et moyens, Démocratie Nationale propose de bloquer, pour une période de deux ans, la grande majorité des prix, des salaires et des loyers sur l'ensemble du territoire national.