3. Politique Sociale

3. Politique Sociale

Sommaire :

3.4 Taxations de la spéculation immobilière

Lourdes taxations de la spéculation immobilière des multinationales, des compagnies d'assurance et des banques, en protégeant les petits propriétaires privés. La spéculation immobilière frappe Bruxelles et les grandes villes de Wallonie. De nombreux logements sont vides d'occupants et laissés à l'abandon, certains propriétaires spéculant sur la hausse vertigineuse du prix du mètre carré et espérant tirer de leur bien une plus-value disproportionnée lorsqu'une société immobilière leur en proposera le rachat. Ces immeubles seront ensuite détruits ou transformés en bureaux.

Démocratie Nationale s'oppose à cette spéculation, qui a aussi des répercussions sur la sécurité et la vie des quartiers. Un quartier administratif est déserté dès l'heure de fermeture des bureaux. Il résulte de ce vide un climat d'insécurité, né de l'absence de vie sociale et communautaire.

 

Démocratie Nationale s'oppose à la spéculation immobilière

 


3.5 Mettre fin au scandale des "sans abris"

Chaque année, médias larmoyants et professionnels de l'humanitaire "découvrent" qu'il fait froid en décembre et qu'un certain nombre de nos compatriotes n'ont pas de toit.

Ces bonnes consciences appointées n'hésitent cependant pas à se mobiliser en faveur des immigrés illégaux – pudiquement rebaptisés "sans papiers" – ne se souciant du sort des plus déshérités d'entre nous que durant la seule période hivernale.

Le drame des "sans abris" mérite notre attention à chaque instant.

Chacun a droit à un logement décent. C'est pourquoi Démocratie Nationale exige que des mesures soient prises afin de mettre fin au scandale des "sans abris", honte de toute société civilisée.

  1. Dans un premier temps, casernes et locaux d'Etat désaffectés pourraient être mis à disposition par les communes pour loger ces défavorisés. Les SDF auraient la possibilité de restaurer ces immeubles, les services publics fournissant matériaux, logistique et conseils.
  2. Dans un second temps, l'Etat aura le devoir de trouver une solution définitive au fléau de l'exclusion : ce ne sont pas les organisations caritatives qui ont seules cette charge.

Le Ministère des Affaires sociales verra donc son budget augmenter au détriment du budget d'autres ministères et au détriment de certaines ONG inutiles, subsidiées en pure perte.

 

Chaque citoyen Belge a droit à un logement décent