2. Économie et emploi

2. Économie et emploi

Sommaire :


2.1 Défendre l'économie belge et européenne contre les méfaits de la mondialisation


Exiger une révision de la politique mondialiste

Des pans entiers de notre économie ont disparu ou sont menacés de mort (agriculture, métallurgie, textile, industrie automobile, industrie aéronautique et spatiale, artisanat), alors que l'importation de produits extraeuropéens ne cesse de croître. Afin de protéger nos entreprises et nos salariés, Démocratie Nationale se prononce en faveur d'une taxation de ces produits, en provenance principale d'Amérique du Nord, de Chine et d'Asie du Sud-est. 
À cet égard, la Belgique devra exiger une révision de la politique mondialiste de l'Union européenne.


Encourager la production et la consomation de produits belges et européens

Pour des raisons financières et écologiques (coût du transport, pollution inhérente à ce même transport), les marchandises doivent être, dans la mesure du possible, produites au plus près du lieu de consommation. Ainsi, encourageons-nous prioritairement la consommation de produits fabriqués en Wallonie et à Bruxelles ou dans les régions limitrophes.


Combattre la mondialisation

Prônée par les hommes politiques et les milieux d'affaires d'outre-Atlantique, la mondialisation de l'économie provoque chaque jour de nouvelles tragédies au cœur de nos vieilles sociétés industrialisées.
Des patrons indignes pratiquent la délocalisation des entreprises, ferment leurs usines d'Europe, accroissant chômage et précarité.
Ces inciviques n'hésitent guère à licencier le personnel afin de réaliser de plantureux bénéfices dans les pays du Tiers-Monde, où la main d'œuvre, parfois composée d'enfants, est bon marché.

Si la mondialisation est une catastrophe pour l'économie européenne, elle n'est pas une fatalité !


Combattre les délocalisations

Les délocalisations devront être réglementées par une loi visant à protéger nos ouvriers, employés et cadres, producteurs émérites ayant droit à la sécurité de l'emploi.

Démocratie Nationale refuse catégoriquement les diktats mondialistes qui appauvrissent nos populations et encouragent la concurrence déloyale, l'exploitation de la main-d'œuvre et la création de monopoles.

Nous appelons à la résistance face à l'oppression des Bush, Soros et consorts et dénonçons, avec la même énergie, l'altermondialisme – version tiers-mondiste de la même fureur antieuropéenne.

 

Les délocalisations doivent être dissuadées et sanctionnées.
Elles constituent un véritable crime économique
contre le peuple et la nation.

 


Préserver la compétitivité de nos entreprises

Soucieux de préserver la compétitivité de nos entreprises, l'emploi de nos ouvriers hautement qualifiés et l'avenir de nos services publics, les nationalistes de Belgique affirment leur volonté de dénoncer, avec l'ensemble de leurs partenaires européens, les accords mondiaux sur le commerce - O.M.C.
Garantissant indépendance et prospérité, un nouveau protectionnisme économique est une nécessité pour notre continent. Il doit s'appliquer à l'ensemble du marché européen actuel.

Un partenariat privilégié avec la Fédération de Russie, nation amie, permettra d'étendre ce marché à l'Eurosibérie, créant ainsi un espace économique et commercial géographiquement homogène de Reykjavik à Vladivostok. La création de cet espace (auquel répondraient, de par le monde, d'autres grands ensembles économiquement géocentrés - Amérique latine, monde arabo-musulman, Asie du Sud-est), serait la réponse adéquate à la mondialisation capitaliste nord-américaine – l'État-nation historique étant aujourd'hui de dimension trop réduite.

La protection de notre potentiel économique passe également par le rétablissement des frontières européennes. Le contrôle à ces frontières doit être confié à une Administration centrale des Douanes européennes, qui aura, entre autres missions, le devoir de lutter contre l'immigration clandestine, foyer du travail au noir et des activités mafieuses.