8. L'Europe, notre grande patrie

8. L'Europe, notre grande patrie

Sommaire :


8.1 Définir l'Europe

Si la Wallonie et Bruxelles sont nos patries de coeur, la Belgique notre patrie historique, l'Europe est notre grande patrie en devenir. Unité civilisationnelle depuis la plus haute Antiquité, elle ne doit pas être confondue avec la bureaucratie sans âme soumise aux diktats de l'OTAN et des groupes de pression immigrationnistes, qui, au niveau des institutions européennes, en sont l'exacte antithèse..

Nous ne voulons pas de cette Europe.

Aucun critère historique, géographique ou culturel n'est actuellement clairement défini pour permettre ou refuser l'adhésion d'un nouvel état au sein de l'Union européenne.

Il importe donc de définir prioritairement les frontières de l'Europe et de refuser sans équivoque l'entrée dans l'U.E. de pays extraeuropéens tels que la Turquie, Israël et le Maroc ou les états maffieux tels le Kosovo, l'Albanie ou encore la Bosnie Herzégovine.

Par contre, nous encourageons vivement un rapprochement avec nos frères slaves d'Ukraine et de Russie.

Une Europe eurasiatique de Lisbonne a Vladivostok n'est pas qu'une vue de l'esprit, mais une réalité géopolitique qui devra s'imposer si nous voulons peser dans les nouveaux enjeux géopolitiques du futur.


8.2 Réformer l'actuelle Union Européenne

Le caractère bureaucratique et antidémocratique de la commission européenne, ainsi que l'idéologie mondialiste qui l'anime, joue un rôle extrêmement néfaste et déconsidère l'idéal européen.

Ce grand projet, qui propose de redonner à nos peuples une conscience, une fierté et un avenir, ne saurait s'identifier au conglomérat bureaucratique qu'est l'Europe de Bruxelles. L'Europe a besoin d'un pouvoir central capable de prendre en charge, au niveau le plus élevé, certaines matières vitales d'intérêt commun, telles que l'environnement, les grandes infrastructures, l'économie, la politique énergétique, le social, la politique étrangère et la défense commune.

Démocratie Nationale regrette le caractère embryonnaire de notre défense, les lenteurs invraisemblables dans la mise en oeuvre de grands projets vitaux (ex. projet Nabucco qui permettrait, dès 2017, de diversifier les sources d'approvisionnement énergétique de l'Europe), le saupoudrage pathétique des aides régionales (cf. objectif 1 en Hainaut) et la part disproportionnée de la pac dans le budget européen.

l'Europe actuelle se trouve vidée de tout contenu politique véritable, les forces économiques et autres lobbies plus ou moins occultes prennent le pas sur les pouvoirs politiques.

Dépassée par la nouvelle mondialisation, l'Union européenne se réduit à un espace économique et à une administration anonyme.

Nous refusons cette Europe-là parce que nous sommes passionnément européens.

Démocratie nationale appelle à la réforme urgente de l'union et au renforcement du contrôle démocratique de la commission par le parlement européen.


8.3 Préserver la diversité des pays de l'Union

De l'Europe des états à l'état européen, il faudra surmonter bien des oppositions et des contradictions. Démocratie nationale affirme que l'Europe nouvelle, que nous appelons de nos vœux, conjuguera puissance et respect des identités nationales et régionales. Toute forme de jacobinisme, toute hégémonie seront proscrites. Chaque culture, chaque langue, chaque particularisme seront respectés.


8.4 Réaliser l'Europe sociale

l'Europe des peuples et des cultures, que nous entendons ériger, sera également une Europe sociale soucieuse du bien-être de ses citoyens. La préférence nationale peut également se conjuguer au niveau de la citoyenneté européenne.


8.5 Refuser l'eurocratisation de Bruxelles

Il est aujourd'hui évident que la capacité de notre capitale à accueillir des institutions et des fonctionnaires européens a atteint ses limites. Notre pays doit revendiquer un meilleur respect du caractère brabançon de Bruxelles et suggérer l'arrêt du centralisme institutionnel européen.


8.6 Eurocorps

Le Corps Européen "Eurocorps" doit être développé et sa mission principale doit être la défense de l'Europe. Il est indispensable pour les pays Européens de renforcer La Politique commune de sécurité et de défense.

Pour partager cette page, cliquez sur l'une des icônes ci-dessous

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter