La Charte

La Charte

Sommaire :

14. La famille

Composée d’un homme et d’une femme liés par une promesse de fidélité librement consentie, la famille est la cellule de base, le fondement de la société européenne.

L’extrême liberté des mœurs modernes, la faiblesse ou l’inexistence des morales religieuse, naturelle ou civique et la perte des repères désagrègent notre société. Afin de lutter contre une société décadente et égoïste Démocratie Nationale désire promouvoir les valeurs qui fondent notre civilisation :

  • le respect de la vie ;
  • la défense de la famille ;
  • les libertés ;
  • la fraternité ;
  • le sens de l'effort et le goût du travail.

La démographie de la Wallonie, de Bruxelles et de l’Europe entière est préoccupante pour tous ceux qui entendent maintenir identité et culture. Démocratie Nationale préconise une politique familiale volontariste, davantage tournée vers l’enfant ce qui ne signifie nullement qu’il considère la femme comme "uniquement préposée à la reproduction" !

 

Le mariage est l'acte officiel et solennel qui institue entre deux époux une communauté de patrimoine et de renommée appelée "FAMILLE" dont le but est de constituer de façon durable un cadre de vie commun aux parents et aux enfants pour leur éducation.

 

Démocratie Nationale est irréductiblement attachée à la liberté de la femme

  • il ne saurait être question de limiter de quelque façon que ce soit son droit au travail ;
  • elle seule doit décider si elle exercera ou non une activité professionnelle salariée.

Le soutien aux familles monoparentales doit être développé au maximum, nul membre de la communauté populaire ne pouvant être abandonné à un sort précaire.

Amoureux de la vie, femmes et hommes de Démocratie Nationale considèrent l’avortement comme une tragédie souvent liée aux problèmes économiques et sociaux. Une aide financière à la mère célibataire nous semble la première mesure à adopter. Cette aide doit être étendue à chaque femme en difficulté.

Démocratie Nationale entend :

  • Remettre à l'honneur l'union matrimoniale ;
  • Instaurer une politique familiale ;
  • Encourager la procréation ;
  • Revaloriser les allocations familiales ;
  • Faciliter le travail à mi-temps des pères ou mères de famille qui le désirent ;
  • Faciliter l'aide à la garde des enfants ;
  • Respecter l'enfant à naître ;
  • Interdire le commerce d'enfants du Tiers-Monde.

 

C’est uniquement par une politique sociale hardie que l’on pourra mettre fin à la culture de mort
qui gangrène notre société.

 

Démocratie Nationale condamne l'homophobie

La reconnaissance de l'homosexualité par la société est normale et juste, la vie privée et intime d'une personne ne nous regardant pas. Toutefois le droit à l'homosexualité ne légitime pas pour autant l'exhibitionnisme, le prosélytisme et celui d'adopter des enfants. Le combat pour le droit à la différence donnant droit à l'adoption reviendrait à annuler l'avancée que représente la reconnaissance de l'homosexualité.

Le problème essentiel que pose l'adoption n'est pas de savoir si un homme ou une femme homosexuel sont capables d'élever un enfant. L'adoption étant une chance pour un enfant que ses géniteurs n'ont pu élever, la possibilité d'avoir des parents équivalents à ses parents biologiques.

L'enfant ayant besoin d'un père et d'une mère, la sexuation différente et complémentaire des parents contribue à son équilibre et à son bien-être ce qui est essentiel à nos yeux.

 

Une personne sensée ne dira pas que les homosexuels sont incapables d’aimer et d’élever, mais, c’est le bouleversement anthropologique non nécessaire, que provoque ce genre d'adoption qui est inacceptable.

 

Pour partager cette page, cliquez sur l'une des icônes ci-dessous

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter