Communiqués

Communiqués de presse

Notes sur le camp Al Yarmouk

 

Depuis 1948, le gouvernement syrien traite les réfugiés palestiniens de la même manière que les citoyens syriens et leur fourni toute l'aide possible dans l'attente de leur retour à leurs foyers et villages selon les résolutions de la légitimité internationale et en particulier la résolution K° 194.

yarmouk

La Syrie a veillé, depuis le début de la crise, à épargner les Palestiniens de ce conflit, et ce jusqu'à ce que les groupes terroristes armés se soient attaqués aux treize camps palestiniens dispersés à travers la Syrie, dont le camp Al Yarmouk. Aucun camp n'a été épargné à commencer par le nord d'Alep et pour finir par celui de Deraa au sud. Partout ces groupes ont tué, déplacé et éloigné les habitants des camps ; des massacres y ont été commis hélas, sans que la communauté internationale ne se manifeste.

Le gouvernement syrien s'étonne de la position actuelle de la communauté internationale qui ne concerne que la situation au camp Al Yarmouk.

Les groupes terroristes armés ont envahi le camp Al Yarmouk il y a plus de deux ans, ils l'ont occupé et l'ont assiégé de l'intérieur, profanant les vies et les biens de ses habitants qui étaient au nombre de deux millions deux cents milles palestiniens et syriens dont la plupart ont été obligés de se déplacer.

Les terroristes ont empêché les aides de parvenir à ceux qui sont restés à l'intérieur, ce qui a conduit à une grande souffrance humanitaire. En réponse à cette souffrance, le gouvernement syrien a constamment travaillé, en collaboration avec l'UNRWA, et quelques organisations non gouvernementales et avec la présence de tous les représentants des organisations palestiniennes à faire parvenir les aides et secours humanitaires aux bénéficiaires à l'intérieur du camp.

 Depuis le 30 décembre 2014 et jusqu'à la fomentation de ces nouveaux crimes, ces efforts communs ont réussi. Malgré les actes de « sniping » continus par les groupes terroristes armés visant toutes les équipes humanitaires, 61 882 colis alimentaires et 11618 colis médicaux ont été distribués, et 4856 cas médicaux ont été évacués pour recevoir les soins nécessaires. À cause des roquettes lancées par les bandes terroristes armées et les halles de ses tireurs, les habitants ont été empêchés de parvenir aux lieux de distributions des aides ce qui a conduit à l'arrêt de la distribution de ces aides à l'intérieur du camp.

Le gouvernement syrien adapte le droit de l'État syrien à la souveraineté stipulé dans la charte des Nations Unies et le droit international pour la protection du peuple palestinien, avec les particularités des camps palestiniens et coordonne avec toutes les factions palestiniennes présentes en Syrie sur la situation au camp et sur la lutte contre le terrorisme et dans ce cadre leur fournit l'aide nécessaire. Au niveau international, la Syrie coordonne avec l'UNRWA qui a été avisé de la disposition du gouvernement syrien à aider tout citoyen désirant quitter le camp et de faciliter l'acheminement des aides humanitaires aux civils à l'intérieur du camp et à ceux qui ont été déplacés dernièrement en collaboration avec l'UNRWA. Un effort sera consenti pour fournir un lieu de séjour provisoire à ceux qui quittent le camp. Pratiquement, c'est ce que fait le gouvernement syrien depuis que le camp a été attaqué par les groupes terroristes armés il y a plus de deux ans. Près de neuf mille personnes, des habitants du camp ont été évacués au cours des derniers jours, le logement, la nourriture et les autres besoins médicaux et humanitaires leur ont été fournis.

AlYarmouk

Le gouvernement syrien confirme que lorsqu'il s'agit de lutter contre le terrorisme que ce soit à l'intérieur des camps palestiniens en Syrie où à l'extérieur, la communauté internationale et les Nations Unies ne doivent pas être neutres, mais bien sûr la même ligne que le gouvernement syrien.

Partant du principe que les camps des réfugiés palestiniens doivent bénéficier d'un traitement humanitaire particulier, et à la lumière des souffrances du peuple palestinien par suite de l'occupation continue de sa terre par Israël et du reniement de ses droits historiques inaliénables, le gouvernement de la République Arabe Syrienne, exige des Nations Unies et du Conseil de Sécurité, d'intervenir rapidement et de faire pression sur l'Arabie Saoudite, le Qatar, Israël et la Jordanie qui financent et soutiennent les terroristes pour taire sortir du camp Al Yarmouk les terroristes armés liés à ces pays afin de préserver la vie et la sécurité des civils palestiniens et pour continuer à faire entrer les aides et secours humanitaires aux habitants qui souffrent du siège et de l'agression des terroristes et pour faciliter la signature de l'accord de réconciliation.

Marco Santi, Président de Démocratie Nationale

Pour partager cette page, cliquez sur l'une des icônes ci-dessous

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter