Articles

l'actualité

Introduction

Les partis écologistes qui défendent la nature oublient souvent les animaux qui y vivent ou n'en défendent que certaines "espèces" en voie de disparition. Le cadre légal belge relatif à la protection et au bien-être des animaux du 14 août 1986 ne fait nulle part mention de manière explicite de droits des animaux.

Chez Démocratie Nationale nous défendons non seulement leur environnement, mais également leur dignité d'être vivant, sensible à la douleur.

 

Démocratie Nationale condamne la maltraitance animale et milite en faveur d'une société qui se soucie également du sort des animaux.

 


10.1 Abattages rituels

Une récente étude financée par les gouvernements britannique et néo-zélandais s'est basée sur l'activité cérébrale des veaux lors de l'égorgement sans étourdissement. Pour la lecture des réactions cérébrales enregistrées, l'équipe scientifique s'est basée sur une analogie avec les réponses cérébrales observées chez l'humain lors de stimuli douloureux– et dont il est établi qu'elles sont reproductibles à au moins 8 autres espèces animales.

L'équipe a coupé les gorges des veaux selon une procédure correspondant aux méthodes d'abattage juives et musulmanes. Suite à l'égorgement, ils ont détecté l'existence d'un signal de douleur pouvant se prolonger jusqu'à 2 minutes après l'incision.

"La conclusion de cette étude est que l'incision de tissus de la gorge lors d'abattage sans étourdissement préalable provoque une douleur considérable. Sur un animal conscient, ce stimulus est perçu comme douloureux jusqu'à l'insensibilité qui survient par hypoxie. Aussi, le bien-être animal est sévèrement compromis."

  • IL faut impérativement mettre un terme à la souffrance des animaux et mieux protéger les animaux domestiques.
  • L'abattage clandestin doit être réprimé.
  • L’abattage des animaux destinés à la consommation se fera impérativement après étourdissement.

Ces pratiques barbares sont reconnues dangereuses pour notre santé en effet :

  • L'Escherichia coli, bactérie provoquant des infections rénales, survient par le contact avec la viande, des intestins de l'animal agonissant (http://fr.wikipedia.org/wiki/Escherichia_coli) ;
  • Durant un quart d'heure, la douleur stresse l'animal qui sécrètera aussi des toxines, rendant la viande indigeste.

Le transport des animaux destinés aux abattoirs doit être mieux contrôlé. Les abattages rituels pratiqués par certaines religions doivent strictement respecter la réglementation relative aux animaux de boucherie ; ils ne pourront être effectués que sous contrôle vétérinaire et dans des lieux prévus à cet effet.

Sur ce point particulier il faudra adapter la réglementation afin que les animaux issus d'un abattage rituel, ne puissent plus déboucher sans étiquetage particulier dans les circuits de commercialisation classique.

Démocratie Nationale soutient sans réserve les exigences de GAIA Groupe d'Action dans l'Intérêt des Animaux.

 

INTERDICTION sur notre territoire de toute forme d'abattage rituel.

 

Nous encourageons la lutte contre l'abandon des animaux de compagnie et soutenons les associations engagées dans ce combat. Une sensibilisation de nos citoyens à ce sujet se fera par supports audiovisuels diffusés gratuitement via les chaînes publiques.

Toute cruauté envers un animal doit être sanctionnée par de lourdes amendes. L'Etat subsidiera davantage les sociétés de protection des animaux.

 


Introduction

Il est dorénavant établi que nous, citoyens des pays industrialisés, sommes pleinement responsables de la dégradation de notre environnement à l'échelle planétaire.

  • Changements climatiques ;
  • Dommages sur la biodiversité et les ressources (eau, sol, air) ;
  • Nuisance pour notre santé ;
  • Détérioration de notre cadre de vie.

Pour ces motifs, Démocratie Nationale s’engage à promouvoir la défense de la nature sous toutes ses formes, en veillant à la stricte application des lois actuelles et au besoin, à les renforcer pour le bien-être de tous nos concitoyens.

L’écologie assure l’avenir de nos sociétés.


 


9.1 Faire de l'eau une source de vie et non de mort

Plus de la moitié des cours d'eau, des lacs et autres étendues d'eau en Europe ont un "mauvais statut écologique", ce qui signifie qu'ils sont encore lourdement affectés par la pollution ou des modifications physiques perturbatrices pour les divers écosystèmes.

Mais il n'y a pas que des dangers pour la santé humaine. Un grand nombre d'espèces sont menacées par la pollution des eaux douces (oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons). Globalement toutes ces espèces ont vu leur population diminuer dans des proportions plus qu'inquiètantes.

La seule solution à long terme est d'empêcher la pollution de l'eau douce. Il faut agir le plus en amont possible. Les systèmes agricoles, industriels, énergétiques et de gestion des déchets qui sont responsables de cette pollution doivent être remplacés par des alternatives non polluantes.

Ces alternatives existent :

Tout à l'égout pour tous. La plus importante et la plus simple de ces solutions consiste à mettre en place des systèmes de récupération des déchets organiques viables, là où ces systèmes n'existent pas encore.

Production propre en boucle fermée. Toute production de déchets sera soit réutilisée, soit décontaminée sur place. Ceci impose que les produits que ne peuvent être recyclés ou rendus inoffensifs seraient remplacés par d'autres susceptibles de l'être.

Agriculture biologique. Elle réduit la pollution et l'exode rural tout en créant des emplois. Le coût de traitement des eaux est réduit et la production est plus saine et naturelle.

 


9.2 Encourager et promouvoir la réduction de notre consommation d'eau domestique

En Belgique la consommation domestique moyenne est de 120L/habitant/jour : les chasses d'eau et l'hygiène corporelle représentent 60%, la lessive 20% et le ménage (boisson et cuisson, vaisselle, nettoyage) 20%.

  • Réduire la consommation de l'eau, c'est aussi réduire les traitements nécessaires pour produire de l'eau potable et pour l'assainir après usage, et réduire la pollution ! La pollution de l'eau c'est l'affaire de tous, c'est aussi notre affaire, et nous pouvons TOUS la réduire avec quelques gestes simples !
  • Les robinets : Un robinet qui goutte, c'est un robinet qui coûte ! Cette goutte ne semble peut être pas bien grosse, mais un goutte à goutte c'est près de 96 litres d'eau perdue par jour, soit près de 11,5 € par mois....
  • Les WC : Encourager l'utilisation de WC à double débit et l'alimentation avec de l'eau de pluie. Vérifier que la chasse ne fuit pas. Une chasse d'eau peut fuir de 600 litres par jour, soit la consommation d'une famille de 4 personnes et près de 72 € par mois.
  • Le lave-linge : Il est possible de réduire ce chiffre à zéro en utilisant, là encore, de l'eau de pluie récupérée ou de l'eau provenant d'un puit. Cela impose évidemment de revoir le cricuit d'alimentation en eau de la maison. Mais c'est rentable !
  • Le bain et la douche : Prendre plutôt des douches que des bains, installer des réducteurs de débit, et tout simplement en ne laissant pas couler le robinet pendant que l'on se lave. L'application de ses mesures peut réduire cette consommation de plus de 40%.
  • Le jardin : Installer une citerne de récupération et arroser avec de l'eau de pluie.

 


9.3 Sauver l'environnement

L’environnement est un élément essentiel à la qualité de la vie.

En Wallonie et à Bruxelles, celui-ci est gravement menacé par les pollutions industrielles et ménagères, rendues inévitables par une législation imprécise et négligente et insuffisamment appliquée.

Sur les quelque 8 000 décharges que compte le territoire wallon, 2 500 sont considérées à hauts risques - classement identique à celui de la décharge de Mellery - 1 450 sont situées en zones protégées, près d'une centaine en zone de captage d'eau. On croit rêver !

S'agissant des déchets gazeux, la Wallonie rivalise avec certaines régions des pays de l'ex-bloc de l'Est.

 

Un effort financier sérieux doit être entrepris au sein des entreprises industrielles privées, afin de protéger l'environnement.

 


9.4 Humaniser l'urbanisme et revitaliser le cœur des villes

En matière d'urbanisme, Démocratie Nationale entend laisser une liberté créatrice entière aux architectes dans le cadre d'un plan général visant à préserver le caractère traditionnel des quartiers.

Il importe de construire de petits immeubles - moins de six étages - afin de préserver le tissu social de nos villes et non de grands ensembles de béton où nul ne se connaît. L'architecture déracinée doit être rejetée, notre pays et notre région ayant trop souvent été mutilés par des promoteurs sans scrupules.

Il faut donc arrêter la croissance tentaculaire des villes - Bruxelles, Charleroi, Liège - et favoriser l'aménagement des villes moyennes qui accueilleront administrations et zonings industriels de faible superficie.

D'autre part, il est urgent de reconquérir de nombreux quartiers délaissés de nos villes en éliminant les chancres urbains.

 


9.5 Appliquer le principe du pollueur-payeur

La pollution doit être assimilée à un acte de vandalisme.

La législation instituant des délits d'atteinte à l'environnement doit être complétée et renforcée en ce sens. Entreprises pollueuses et initiateurs de décharges clandestines doivent être poursuivis et condamnés à de lourdes amendes.


8.1 Définir l'Europe

Si la Wallonie et Bruxelles sont nos patries de coeur, la Belgique notre patrie historique, l'Europe est notre grande patrie en devenir. Unité civilisationnelle depuis la plus haute Antiquité, elle ne doit pas être confondue avec la bureaucratie sans âme soumise aux diktats de l'OTAN et des groupes de pression immigrationnistes, qui, au niveau des institutions européennes, en sont l'exacte antithèse..

Nous ne voulons pas de cette Europe.

Aucun critère historique, géographique ou culturel n'est actuellement clairement défini pour permettre ou refuser l'adhésion d'un nouvel état au sein de l'Union européenne.

Il importe donc de définir prioritairement les frontières de l'Europe et de refuser sans équivoque l'entrée dans l'U.E. de pays extraeuropéens tels que la Turquie, Israël et le Maroc ou les états maffieux tels le Kosovo, l'Albanie ou encore la Bosnie Herzégovine.

Par contre, nous encourageons vivement un rapprochement avec nos frères slaves d'Ukraine et de Russie.

Une Europe eurasiatique de Lisbonne a Vladivostok n'est pas qu'une vue de l'esprit, mais une réalité géopolitique qui devra s'imposer si nous voulons peser dans les nouveaux enjeux géopolitiques du futur.


8.2 Réformer l'actuelle Union Européenne

Le caractère bureaucratique et antidémocratique de la commission européenne, ainsi que l'idéologie mondialiste qui l'anime, joue un rôle extrêmement néfaste et déconsidère l'idéal européen.

Ce grand projet, qui propose de redonner à nos peuples une conscience, une fierté et un avenir, ne saurait s'identifier au conglomérat bureaucratique qu'est l'Europe de Bruxelles. L'Europe a besoin d'un pouvoir central capable de prendre en charge, au niveau le plus élevé, certaines matières vitales d'intérêt commun, telles que l'environnement, les grandes infrastructures, l'économie, la politique énergétique, le social, la politique étrangère et la défense commune.

Démocratie Nationale regrette le caractère embryonnaire de notre défense, les lenteurs invraisemblables dans la mise en oeuvre de grands projets vitaux (ex. projet Nabucco qui permettrait, dès 2017, de diversifier les sources d'approvisionnement énergétique de l'Europe), le saupoudrage pathétique des aides régionales (cf. objectif 1 en Hainaut) et la part disproportionnée de la pac dans le budget européen.

l'Europe actuelle se trouve vidée de tout contenu politique véritable, les forces économiques et autres lobbies plus ou moins occultes prennent le pas sur les pouvoirs politiques.

Dépassée par la nouvelle mondialisation, l'Union européenne se réduit à un espace économique et à une administration anonyme.

Nous refusons cette Europe-là parce que nous sommes passionnément européens.

Démocratie nationale appelle à la réforme urgente de l'union et au renforcement du contrôle démocratique de la commission par le parlement européen.


8.3 Préserver la diversité des pays de l'Union

De l'Europe des états à l'état européen, il faudra surmonter bien des oppositions et des contradictions. Démocratie nationale affirme que l'Europe nouvelle, que nous appelons de nos vœux, conjuguera puissance et respect des identités nationales et régionales. Toute forme de jacobinisme, toute hégémonie seront proscrites. Chaque culture, chaque langue, chaque particularisme seront respectés.


8.4 Réaliser l'Europe sociale

l'Europe des peuples et des cultures, que nous entendons ériger, sera également une Europe sociale soucieuse du bien-être de ses citoyens. La préférence nationale peut également se conjuguer au niveau de la citoyenneté européenne.


8.5 Refuser l'eurocratisation de Bruxelles

Il est aujourd'hui évident que la capacité de notre capitale à accueillir des institutions et des fonctionnaires européens a atteint ses limites. Notre pays doit revendiquer un meilleur respect du caractère brabançon de Bruxelles et suggérer l'arrêt du centralisme institutionnel européen.


8.6 Eurocorps

Le Corps Européen "Eurocorps" doit être développé et sa mission principale doit être la défense de l'Europe. Il est indispensable pour les pays Européens de renforcer La Politique commune de sécurité et de défense.


Introduction


L'avenir ne se prévoit pas, il se construit.

Héritiers de la Grèce antique, du monde romain et de plusieurs siècles de civilisation chrétienne, les Belges et les Européens se caractérisent par leur soif de liberté, de créativité et de responsabilité.

L’homme de chez nous est un être de culture, de nature et de spiritualité. Il est fait pour vivre avec les autres et pour les autres, créant ainsi un peuple, une unité de destin face à l'universel. Ensemble, nous incarnons un génie propre, une culture et une histoire.

 

Il est temps pour nous de rompre avec les utopies universalistes et mondialistes.
Redevenons ce que nous sommes, soyons fiers de notre identité.
Redécouvrons nos origines, nos racines et préservons-les.

 


Soyons exigeants en matière de liberté et d'information.

  • Développons notre esprit critique et celui de nos enfants, expliquons leur l'Histoire, cette histoire si redoutée par ceux qui s'évertuent à dissimuler les périodes d'émancipation de nos peuples, ceux qui s'évertuent à nous mentir et à nous culpabiliser.

  • Ne soyons pas dupes et exigeons de décider nous-mêmes de notre avenir en imposant le référendum d'initiative citoyenne.

  • Le vote blanc doit être institué.

  • Les petits partis doivent être représentés (signatures anonymes des Elus) et doivent pouvoir s'exprimer.

 
Ne soyons pas des moutons... qu'on conduit à l'abattoir.

  • Démocratie Nationale entend garantir, préserver, recouvrer l'indépendance nationale et la liberté dans une Europe libérée du nouvel ordre mondial. Cet ordre, dont les motivations secrètes sont la destruction de notre civilisation parviennent insidieusement à lobotomiser nos cerveaux d'hommes libres, à étouffer les canaux de notre énergie vitale afin de nous entrainer sur la voie mortelle du déclin moral.

  • Opposé à la politique de la pensée unique, Démocratie Nationale entend également rétablir l'indépendance intellectuelle menacée par une arme redoutable au service de la dictature de la pensée qu'est le terrorisme intellectuel. Le but de cette dictature tente à réduire chaque individu au rang de consommateur dans un monde ultra-libéral dont les nouveaux détenteurs de pouvoir sont les élites bien pensantes au service de la mondialisation.

  • Identité et solidarité sont les pierres angulaires de notre volonté de restauration patriotique, identitaire et sociale. C'est autour de ces valeurs que s'articule le programme politique de notre mouvement.

 

Démocratie Nationale affirme sa foi en l’homme,
seule richesse véritable de la Nation.

 

L’attachement de la Nation à la libre expression de toutes les opinions, à la libre volonté du peuple belge de mener son destin, indépendamment de toute allégeance, doit rester intact.
Il apparaît toutefois aujourd’hui que le fonctionnement DÉMOCRATIQUE de notre Royaume est gravement entravé par :

  • Le non-respect de la résolution des droits de l'homme ;
  • Le cordon sanitaire ;
  • La politisation de la magistrature et de la haute administration ;
  • la soumission de nos lois à des autorités européennes non démocratiques ;
  • des institutions aux pratiques institutionnelles souvent peu conformes à l’impératif démocratique ;
  • les dérives dans l’exercice du pouvoir, qui renforcent le déficit démocratique, laissant disparaitre la défense de l’intérêt général au bénéfice de la défense d’intérêt particulier.

 

Un véritable redressement démocratique de la Belgique s’impose.

 

 Démocratie Nationale entend :


1.1 Garantir le respect des droits constitutionnels


Droits de l'homme

 
  • Démocratie Nationale adhère sans réserve aux valeurs et aux principes de la déclaration universelle des droits de l'homme.

  • S'engage à respecter et à défendre les quatre droits naturels fondamentaux que sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.

 

Nos droits constitutionnels et plus particulièrement la liberté d'expression et d'association doivent faire l'objet d'une protection particulière.

 


Abrogation des lois liberticides

 
  • Les lois liberticides, euphémiquement qualifiées d'antiracistes ou de mémorielles, doivent être abrogées.

  • Les autorités locales qui, sous de fallacieux prétextes, interdisent une réunion politique pacifique doivent être sanctionnées.


Liberté de la presse

 
  • Les médias qui se retranchent lâchement et honteusement derrière le cordon sanitaire seront poursuivis.

  • Le retour de la liberté de la presse et d’Internet s'impose.


Dépolitisation des médias

 
  • Redéfinir les missions de la RTBF (Radio-télévision belge de la Communauté française). L’entreprise a ainsi pour mission d’offrir au public de la Communauté française un service de diffusion sonore et télévisuelle qui valorise :
    • l’information;
    • le développement culturel;
    • la création audiovisuelle;
    • l’éducation permanente;
    • le divertissement

  • La RTBF veille également à ce que la qualité et la diversité de ses émissions permettent de rassembler les publics les plus larges possible et d’être un facteur de cohésion sociale, tout en répondant aux attentes des minorités socioculturelles.

  • Sa programmation doit refléter différents courants d’idées de la société sans discrimination culturelle, raciale, idéologique, sexuelle, philosophique et religieuse et sans ségrégation sociale.

  • Le cordon sanitaire qu'elle applique est en totale contradiction avec les missions de l'entreprise.

 

La légitimité politique réside dans la seule volonté populaire.

 


1.2 Maintenir l'unité de la Belgique

 

  • Démocratie Nationale propose à tous les Belges une paix communautaire. Nous soulignons les liens culturels et historiques qui depuis des siècles, unissent nos populations de langues germanique et romane.

  • L'unité de la Belgique lui assure, au niveau international, un poids politique et économique que nous entendons préserver et développer.

  • Bruxelles doit assumer son rôle de capitale internationale, ce qui assura le rayonnement et la renommée de la Belgique.

  • Libérons la région bruxelloise et la Wallonie de ses majorités arc-en-ciel xénophiles et de l'omnipotence de son état socialiste clientéliste, mais aussi de ses entraves syndicales dramatiquement archaïques.

  • Libéré de ces lourds fardeaux nous assurerons à ces deux régions fierté, justice sociale et prospérité, mettant ainsi un terme à la plupart des griefs relevés par la Flandre. De cette façon nous romprons avec l'assistanat socialiste et nous nous montrerons dignes de nos pères, travailleurs infatigables et pionniers de la révolution industrielle.

  • Ajoutons que l'image d'une Wallonie paresseuse et moribonde subsidiée par une Flandre laborieuse est fausse et inacceptable.

 


1.3 Conforter le pouvoir du Parlement

 

  • L'élection des représentants du peuple doit demeurer une élection au scrutin intégralement proportionnel. Le citoyen voit ainsi ses droits garantis et ses opinions représentées.

  • Le Parlement ne doit pas se contenter de prendre acte des décisions du gouvernement : son rôle est de contrôler le pouvoir exécutif et d'assurer ainsi une démocratie vivante.

  • La Chambre doit conserver toutes ses prérogatives, quant au Sénat ; son existence ne peut être maintenue qu'après profonde mutation. Un tiers des sièges de sénateurs doit être réservé aux représentants des différents corps sociaux qui constituent la nation. Ces derniers feraient l'objet d'une élection propre au sein des assemblées professionnelles, syndicales et industrielles, leur assurant une représentation paritaire et pluraliste. Ils seront le lien entre le pouvoir et les électeurs, considérés à la fois comme citoyens et comme acteurs de la vie socio-économique.

 


1.4 Instaurer le référendum d'initiative populaire à tous les niveaux de pouvoir

 

  • En régime représentatif, le peuple élit des représentants qui le gouvernent. L'électorat rend légitime un pouvoir dont les représentants sont les seuls détenteurs : il y a là délégation totale de souveraineté. La notion-clé, en régime démocratique, est la participation du peuple à son destin. La démocratie implique aussi la possibilité de manifester ou de refuser le consentement du citoyen aux professionnels de la politique. Ce ne sont pas les institutions qui rendent la démocratie réelle, mais bien la participation du peuple à ces institutions. Le maximum de démocratie se confond avec le maximum de participation. Trop de Belges s'estiment exclus des grandes décisions qui déterminent leurs vies.

    Si les partis politiques contribuent à la volonté politique des citoyens, le référendum y contribue également, sinon davantage. Le référendum d'initiative populaire rend la parole au peuple, unité de destin face à l'universel.

    En recueillant les signatures d'un nombre déterminé d'électeurs, le citoyen pourra provoquer l'organisation d'une consultation populaire, dont le résultat aura force de loi. Ainsi la majorité silencieuse, bâillonnée par le complexe médiatico-gauchisant, pourra enfin faire entendre sa voix, sans aucun doute bien différente de celle, supermediatisée, de minorités agissantes dont la représentativité est plus que douteuse.

 

La notion-clé, en régime démocratique, est la participation du peuple à son destin.

 


1.5 Soumettre les intercommunales et les entreprises publiques au contrôle de la Cour des comptes


1.6 Dépolitiser la haute administration et la justice

 

  • Les nominations de hauts fonctionnaires doivent s'effectuer selon le seul critère de la compétence. Il est important de séparer la politique de l'administration afin d'éviter toute dérive technocratique. Il faut limiter les cumuls de mandats publics et économiques.

1.7 Encadrer et dépolitiser le pouvoir médiatique


Se prémunir contre les maladies médiatiquement transmissibles

 
  • Dans toute démocratie moderne, les médias constituent, de fait, un quatrième pouvoir. Malheureusement, son indépendance vis-à-vis de l'exécutif, du législatif, du judiciaire ou de différents groupes de pression dits "engagés" est loin d'être garantie.

  • Les médias acceptent l'aide directe ou indirecte des pouvoirs publics. Ils profitent de leur situation pour influencer le vote des électeurs, n'hésitant pas à manipuler l'opinion publique et à diaboliser les formations politiques hostiles au système. Leur esprit mercenaire les transforme en vecteurs de désinformation.

 

  • Il est inadmissible que le pouvoir médiatique n'ait pas à répondre de ses actes.

  • Démocratie Nationale veut garantir l'indépendance et une réelle objectivité des journalistes, ainsi que le pluralisme et le traitement équilibré de l'information. Les subsides directs dont bénéficient les journaux doivent être supprimés.

  • Il convient de créer un Ordre des journalistes professionnels et de renforcer les droits de protection de l'image pour tous les citoyens ; qu'ils soient puissants ou misérables.

  • Bien que garanti par la loi, l'exercice effectif du droit de réponse reste aléatoire pour le militant d'opposition nationale. Il doit être facilité par de nouvelles dispositions civiles et pénales.

 

Il est inadmissible qu'une personne s'estimant calomniée par un organe de presse n'ait, en pratique, quasiment aucun moyen de recours.

Démocratie Nationale préconise :

  • l'obligation, pour les chaînes du service public, d'accorder un temps de parole équitable à chaque parti se présentant aux élections ;
  • L'application de ce principe d'équité en matière de conflit social (surmédiatisation des positions syndicales) et autres grands débats de societe (écologie, OGM, nucléaire, énergie, réchauffement climatique, immigration, islam, indignation a géometrie variable, féminisme etc.) ;
  • la possibilité de s'exprimer librement dans les médias pour les formations politiques représentées dans les assemblées ;
  • de mettre fin aux agissements antidémocratiques d'un quarteron de satrapes socialistes et d'une soi-disant élite médiatico-culturelle qui font de la RTBF ou encore d'ARTE les plus sectaires des télévisions !

 

Le principe de responsabilité du journaliste doit être réaffirmé

 


1.8 Supprimer le vote électronique


Démocratie Nationale propose le retour au "vote papier" pour trois raisons :

    1. Le secret du scrutin n’est pas suffisamment garanti dans la nouvelle procédure de vote électronique. ;
    2. ce dernier n'offre pas toutes les garanties requises contre la fraude ;
    3. Les frais supplémentaires de ce type de vote (personnel qualifié, maintenance et manipulations).

1.9 Politique culturelle

 
  • Démocratie Nationale propose une réforme radicale de la politique culturelle actuelle qui ne vise souvent qu'a financer quelques officines gauchisantes ennemis déclarés de la civilisation occidentale.

 


2.1 Défendre l'économie belge et européenne contre les méfaits de la mondialisation


Exiger une révision de la politique mondialiste

Des pans entiers de notre économie ont disparu ou sont menacés de mort (agriculture, métallurgie, textile, industrie automobile, industrie aéronautique et spatiale, artisanat), alors que l'importation de produits extraeuropéens ne cesse de croître. Afin de protéger nos entreprises et nos salariés, Démocratie Nationale se prononce en faveur d'une taxation de ces produits, en provenance principale d'Amérique du Nord, de Chine et d'Asie du Sud-est. 
À cet égard, la Belgique devra exiger une révision de la politique mondialiste de l'Union européenne.


Encourager la production et la consomation de produits belges et européens

Pour des raisons financières et écologiques (coût du transport, pollution inhérente à ce même transport), les marchandises doivent être, dans la mesure du possible, produites au plus près du lieu de consommation. Ainsi, encourageons-nous prioritairement la consommation de produits fabriqués en Wallonie et à Bruxelles ou dans les régions limitrophes.


Combattre la mondialisation

Prônée par les hommes politiques et les milieux d'affaires d'outre-Atlantique, la mondialisation de l'économie provoque chaque jour de nouvelles tragédies au cœur de nos vieilles sociétés industrialisées.
Des patrons indignes pratiquent la délocalisation des entreprises, ferment leurs usines d'Europe, accroissant chômage et précarité.
Ces inciviques n'hésitent guère à licencier le personnel afin de réaliser de plantureux bénéfices dans les pays du Tiers-Monde, où la main d'œuvre, parfois composée d'enfants, est bon marché.

Si la mondialisation est une catastrophe pour l'économie européenne, elle n'est pas une fatalité !


Combattre les délocalisations

Les délocalisations devront être réglementées par une loi visant à protéger nos ouvriers, employés et cadres, producteurs émérites ayant droit à la sécurité de l'emploi.

Démocratie Nationale refuse catégoriquement les diktats mondialistes qui appauvrissent nos populations et encouragent la concurrence déloyale, l'exploitation de la main-d'œuvre et la création de monopoles.

Nous appelons à la résistance face à l'oppression des Bush, Soros et consorts et dénonçons, avec la même énergie, l'altermondialisme – version tiers-mondiste de la même fureur antieuropéenne.

 

Les délocalisations doivent être dissuadées et sanctionnées.
Elles constituent un véritable crime économique
contre le peuple et la nation.

 


Préserver la compétitivité de nos entreprises

Soucieux de préserver la compétitivité de nos entreprises, l'emploi de nos ouvriers hautement qualifiés et l'avenir de nos services publics, les nationalistes de Belgique affirment leur volonté de dénoncer, avec l'ensemble de leurs partenaires européens, les accords mondiaux sur le commerce - O.M.C.
Garantissant indépendance et prospérité, un nouveau protectionnisme économique est une nécessité pour notre continent. Il doit s'appliquer à l'ensemble du marché européen actuel.

Un partenariat privilégié avec la Fédération de Russie, nation amie, permettra d'étendre ce marché à l'Eurosibérie, créant ainsi un espace économique et commercial géographiquement homogène de Reykjavik à Vladivostok. La création de cet espace (auquel répondraient, de par le monde, d'autres grands ensembles économiquement géocentrés - Amérique latine, monde arabo-musulman, Asie du Sud-est), serait la réponse adéquate à la mondialisation capitaliste nord-américaine – l'État-nation historique étant aujourd'hui de dimension trop réduite.

La protection de notre potentiel économique passe également par le rétablissement des frontières européennes. Le contrôle à ces frontières doit être confié à une Administration centrale des Douanes européennes, qui aura, entre autres missions, le devoir de lutter contre l'immigration clandestine, foyer du travail au noir et des activités mafieuses.



2.2 Promouvoir une économie participative et citoyenne


Démocratie Nationale ne remet nullement en cause la propriété privée, la légitime rémunération du capital, l'initiative privée. Mais il est évident que l'économie doit être au service de l'intérêt général, de la communauté populaire tout entière.

L'économie sert l'homme – et non l'inverse.

Démocratie Nationale veut rendre à l'économie sa finalité réelle, aujourd'hui simple activité productrice et consommatrice de biens matériels. Il entend la subordonner à l'activité spirituelle et politique de l'homme.

Les acteurs de la vie économique doivent être considérés non comme de simples exécutants interchangeables, mais comme des partenaires à part entière : salariés, appointés et cadres forment l'épine dorsale et la substance même de l'entreprise. Une entreprise est une famille de producteurs : il faut y partager les richesses selon les mérites de chacun. Nous nous prononçons pour une participation des travailleurs aux bénéfices des sociétés, pour un actionnariat ouvert aux femmes et aux hommes dont la vie est intimement liée à celle de l'entreprise. Responsabilités, risques et bénéfices seront ainsi partagés dans toute entreprise de plus de cent salariés.

Cette cogestion, initiée en France voici un demi-siècle, est aujourd'hui largement répandue en Allemagne fédérale :

  • Elle établit, au sein de la grande entreprise, une collaboration active, source d'émulation ;
  • elle garantit un travail de qualité et est un gage de paix sociale et de prospérité ;
  • De plus, elle réduit considérablement l'absentéisme, évite les délocalisations et l'outsourcing.


2.3 Défendre les artisans, les petits commerçants, les P.M.E. et les professions libérales


Véritable moteur de la vie économique, les artisans, commerçants et responsables de P.M.E. doivent bénéficier d'une aide accrue passant notamment par la simplification des formalités relatives à la création d'entreprises.

Il convient aussi de protéger davantage les commerces de proximité (épiceries, boucheries, boulangeries,...) dont l'existence est menacée par la grande distribution.

 

Démocratie Nationale demande un contrôle de l'actuelle prolifération des grandes surfaces.

 

Dans le secteur des restaurants et débits de boissons - HORECA – Démocratie Nationale se prononce pour une TVA unique de 6% – taux, à ce jour, uniquement appliqué aux préparations à emporter.

Les professions libérales, également pourvoyeuses de milliers d'emplois, offrent à nos concitoyens d'exceptionnelles garanties d'indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Synonymes de compétence, responsabilité, secret professionnel, éthique et déontologie.
Il est urgent qu'elles bénéficient de mesures de relance économique.



2.4 Diminuer les charges sociales et la fiscalité des petites entreprises


Actuellement, nos P.M.E. sont écrasées par une fiscalité et des charges sociales exorbitantes.

Le coût de production des produits s'en trouve démesurément accru – ce qui, sur le plan international, met en danger la compétitivité de nos entreprises. Pénalisant l'effort et l'emploi, ces prélèvements démesurés doivent diminuer. Ils freinent le développement de l'esprit créatif et la volonté d'entreprendre. Ils empêchent un accroissement de la production et de la consommation, condition sine qua non de la relance de l'économie.
Ils empêchent surtout l'embauche de chômeurs impatients de retrouver l'emploi et la qualité de vie dont ils sont dignes.

Le montant des charges sociales à acquitter par les indépendants devrait être calculé annuellement, sur base des revenus de l'année précédente. Il faut tenir compte d'une éventuelle baisse de revenus. Si Démocratie Nationale se déclare partisan d'une réduction substantielle des charges sociales payées par les entreprises, il nous faut préciser que ces réductions seront prioritairement accordées aux chefs d'entreprises qui engageront de nouveaux travailleurs.

Une augmentation de la TVA frappant les produits importés - autres que de première nécessité ou de chauffage - devra également être envisagée pour pallier le manque à gagner de l'État. Cette mesure est indispensable pour équilibrer le budget de l'État. Elle favorisera la compétitivité de nos entreprises face au dumping social que pratiquent les entreprises étrangères. Nos exportateurs gagneront en compétitivité. Les produits manufacturés en Belgique resteront détaxés à l'exportation. D'importantes économies – qui bénéficieront à l'ensemble de notre population – seront encore réalisées par le retrait de la Belgique de l'OTAN, machine de guerre au service de l'impérialisme et du bellicisme américains.

Une lutte renforcée contre les grands fraudeurs fiscaux nous semble également une nécessité.

 

Ni amnistie, ni cadeaux pour ceux qui accomplissent des actes de mauvaise foi,
contreviennent à la loi et nuisent à l'ensemble des contribuables !

 



2.5 Développer des services publics de qualité


Pour remplir pleinement ses fonctions régaliennes, l'État doit promouvoir une revalorisation du statut des agents des services publics – à commencer par ceux dont le travail pénible est rarement reconnu à sa juste valeur - pompiers, policiers, personnel pénitentiaire,...

L'immense majorité des fonctionnaires de ce pays allie compétence et amour du travail bien fait. Le recrutement des fonctionnaires doit se faire sur base de concours et donner lieu à un statut unique applicable à toutes les administrations et parastataux. Il convient de mettre fin au régime des contractuels, dont le sort demeure des plus incertains. Or, ceux-ci représentent aujourd'hui, dans de nombreux secteurs, la majorité des agents de l'Etat. Démocratie Nationale demande pour tout contractuel, employé depuis deux ans minimum au sein d'une administration, la possibilité de se présenter à un concours et d'acquérir immédiatement, en cas de réussite, la qualité de statutaire.
Exceptionnellement, le concours pourra être remplacé par le passage devant une commission indépendante chargée d'évaluer les mérites et aptitudes du fonctionnaire contractuel.

La revalorisation de la fonction publique passe encore par l'augmentation conséquente des bas salaires – ceux des anciens niveaux 3 et 4 ainsi que par la formation permanente des travailleurs et l'étude d'une ou de plusieurs langues européennes. Cette formation pourra être acquise soit au sein de l'administration concernée, soit par le biais de cours du soir - crédits d'heures et primes nous semblent d'excellents moyens de stimuler les fonctionnaires.

Les primes de mérite doivent être généralisées dans toute la fonction publique.

 

La dépolitisation de la haute administration
nous apparaît également comme une tâche des plus urgentes.

 



2.6 Refuser la discrimination positive


Démocraite Nationale s'oppose résolument à toute mesure de "discrimination positive".

Ces mesures, qui visent à privilégier les immigrés non européens sur base de l'origine ethnique et religieuse, sont l'expression du racisme le plus sournois.

Il est à noter que ceux qui prônent la préférence nationale et européenne en matière d'emploi tombent aujourd'hui sous le coup des lois "antiracistes", alors que ceux qui prônent la préférence extraeuropéenne font figure, aux yeux de l'actuelle majorité socialo-libérale, d'humanistes distingués...

Rappelons que la "discrimination positive", apparue aux États-Unis dans le courant des années 1970, a, depuis lors, été abandonnée dans ce pays.

 

Le principe de la priorité d'emploi pour les "minorités visibles" signifie chômage et misère
pour les femmes et les hommes de notre peuple.

 

Il transforme Belges et Européens en citoyens de deuxième zone sur leur propre sol. De plus, il annule la liberté d'embauche des administrations et des chefs d'entreprise. Or l'embauche du personnel ne peut être déterminée que suivant deux critères : la compétence et la motivation.



2.7 Instaurer le salaire parental


Il convient d'offrir aux mères et pères la possibilité de choisir librement, sans contraintes financières, entre l'exercice d'une activité professionnelle et l'éducation de leurs enfants.

Le libre-choix des parents quant au bénéficiaire du salaire parental doit être absolu : ce revenu pourra être versé soit à la mère de famille, soit au père.

Pour les parents désireux de poursuivre une carrière professionnelle à mi-temps ou à temps plein, Démocratie Nationale propose une augmentation substantielle des allocations familiales, ainsi que la généralisation de crèches d'entreprise gratuites.

 

Dans le cadre de sa politique familiale, Démocratie Nationale veut récompenser les parents qui, en se consacrant à l'éducation de leurs enfants, libèrent des postes de travail et donnent à notre société de nouvelles générations ayant grandi dans un milieu familial harmonieux.

 



2.8 Développer un enseignement de qualité, lié aux nécessités de la vie professionnelle


Pour assurer une adéquation entre les qualités de l'étudiant, futur acteur de la vie économique, et le souhait de l'employeur, il faut garantir un enseignement de qualité, qu'il s'agisse de l'enseignement général, technique ou professionnel. Ces deux derniers types d'enseignement doivent être revalorisés et mieux associés au monde du travail, via l'apprentissage.

Il faut remettre à l'honneur les métiers manuels.

Il faut recréer une aristocratie d'ouvriers et d'artisans.

 

Un partenariat doit être envisagé entre l'école et l'entreprise afin de réduire préventivement le chômage des jeunes.

 



2.9 Développer les technologies de pointe


Il faut impérativement développer et encourager les technologies de pointe dans le cadre d'une coopération interrégionale européenne.

La Wallonie, dans le cadre de cette coopération, serait pleinement solidaire de la Flandre, de la Rhénanie et de la France.

 

Une synergie bénéfique assurerait créativité, compétitivité, emploi et bien-être.

 

Cette mesure nécessite un encouragement sélectif des investissements



2.10 Lutter contre la fraude aux allocations diverses


Le demandeur d'emploi qui refuse plusieurs offres correspondant à sa qualification doit être sanctionné et exclu temporairement du bénéfice des allocations de chômage.

Cette mesure ne vise pas à restreindre les droits des véritables chômeurs, qui ne doivent pas être assimilés à une minorité de profiteurs.

 

Les allocations de chômage constituent un droit absolu pour toute personne victime de la conjoncture actuelle,
notre système social étant basé sur le principe de

la solidarité nationale.

 

Mais être chômeur n'est évidemment pas une profession !

Il n'est donc pas paradoxal de demander une vérification sérieuse de la situation réelle des bénéficiaires d'allocations.

La formation professionnelle doit être obligatoire pour tout demandeur d'emploi non qualifié âgé de moins de 40 ans et totalisant deux ans de chômage révolus.

Les chômeurs plus âgés se verront proposer un travail au service de la communauté, avec allocation supplémentaire. Mais il est surtout nécessaire de lutter contre toute discrimination basée sur l'âge du demandeur d'emploi (quadragénaires et quinquagénaires possédant le plus souvent expérience et sérieux indispensables au développement des entreprises).