Articles

l'actualité

Discrimination positive et « diversité » : le double racisme

Au Brésil, une disposition législative récente oblige les universités à surévaluer de 5% les notes des Noirs et des Métis, au détriment des Blancs. Aux USA, des pratiques semblables existent depuis longtemps dans les quotas universitaires, de plus en plus contestés d'ailleurs.

Sous des prétextes "sociaux", la discrimination positive (affirmative action), notion née aux Etats-Unis, est en réalité un concept éminemment racial et raciste, dans les deux sens : qui considère implicitement les non-Blancs comme des êtres inférieurs, des handicapés mentaux qu'il faut aider artificiellement (sous le faux prétexte qu'ils sont socialement défavorisés) ; et qui discrimine objectivement les Blancs. Double racisme. Inventé par des Blancs culpabilisés, ethnomasochistes et inconscients de leurs contradictions.

En France, pays où officiellement les "races " n'existent pas et où prévaut strictement la logique individualiste des Droits de l'Homme, la notion hypocrite de « diversité » sert de faux nez à la discrimination positive à caractère ethno-racial. Par une série de contrats et de règlements, les entreprises et les administrations sont, pour les postes pas ou moyennement qualifiés, tenues d'embaucher en priorité des postulants issus de l'immigration extra-européenne. Au détriment des Européens de souche, même plus compétents. C'est notamment le cas de la grande distribution.

Contrairement à ce qu'on prétend (théorie stupide de l'"exclusion"), une jeune Blanche ou un jeune Blanc sont actuellement défavorisés par cette préférence allogène à l'embauche. Ce qui limite un peu mais n'empêche pas le chômage supérieur des "jeunes issus de l'immigration", puisque ces derniers sont, disons-le par euphémisme, moins portés que d'autres à l'effort de décrocher un emploi et statistiquement moins compétents.

Cette politique de la diversité et de l'égalité (ou préférence ethnique allogène), qui vaut aussi pour les emplois aidés, a donc pour objectif dissimulé de limiter le chômage de cette population au détriment des autochtones. Mais, d'un point de vue juridique, cette discrimination positive est anticonstitutionnelle, tout comme d'ailleurs les lois sur la parité hommes/femmes dans tous les domaines. (Je reviens sur ce point dans un autre article). En effet, l'idéologie égalitaire et droit-de-l'hommiste est là en pleine contradiction avec ses principes. Ces derniers postulaient que seuls comptent, dans la méritocratie et l'égalité des chances, les individus et non pas les appartenances ethniques ou les sexes. Les quotas ou les privilèges en fonction de catégories ethniques ou sexuelles sont à la fois racistes et sexistes. La cible étant le mâle blanc qui est, paradoxe du masochisme, le premier instigateur de ces nouvelles règles absurdes.

Mais cette politique mènera à l'impasse car on ne force pas la nature. Refuser l'égalité des chances au profit de l'égalité des résultats, en fonction de quotas ethniques et sexuels, c'est enfoncer le niveau global de compétence d'une société, c'est truquer la sélection naturelle. Et c'est voué à l'échec : car, au final, les meilleurs gagnent. Ou s'en vont voir ailleurs...

Guillaume Faye

Pour partager cette page, cliquez sur l'une des icônes ci-dessous

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter