Dossiers spéciaux

Les Dossiers spéciaux

L'instauration de la Charia dans le monde

Sommaire :


Spécificités de la charia

Rappelons d’abord quelques spécificités de la loi islamique qui peuvent toujours être réactivées, en partie ou en totalité, selon le rapport de force du moment :


1. Dans le domaine familial et personnel :

  • Les hommes ont autorité sur les femmes : ils ont droit à plusieurs femmes et les femmes ont obligation de fidélité. Hors mariage, elles ne disposent pas librement de leurs corps.
  • Les hommes ont un droit unilatéral à la répudiation
  • Héritage : 1/3 pour une femme, 2/3 pour son frère
  • Un musulman peut épouser une non-musulmane. Leurs enfants sont considérés d’office comme musulmans. Un musulman peut obliger sa femme à se convertir. Une musulmane n’a pas le droit d’épouser un non-musulman
  • La famille a le droit de circoncire ses garçons et, dans certaines aires géographiques, de pratiquer l’excision des filles.


2. Châtiments corporels. La charia ne prévoit pas de peines d’emprisonnement :

  • Les apostats sont décapités,
  • Les voleurs ont la main coupée,
  • Les relations sexuelles hors mariage sont punies de flagellation si ce n’est de lapidation pour certaines écoles juridiques
  • Coup de fouets pour les femmes qui portent des tenues dites indécentes (cette définition change en fonction des pays et de l’humeur des autorités religieuses)
  • Insécurité juridique permanente : nulle part, la charia n’est codifiée.

Que recouvre ce retour à la charia et que veulent ceux qui le choisissent ?

Là où une majorité est acquise pour la loi islamique, cela signifie, non seulement le maintien ou l’instauration de tribunaux religieux dédiés aux affaires familiales et patrimoniales, mais aussi de sévères châtiments corporels y compris l’exécution des apostats. Même dans les Balkans et en Russie, une part non négligeable de musulmans est acquise à ces idées.